Accueil / Articles / Retour sur… L’exposition : « Conquis et conquérants »

Retour sur… L’exposition : « Conquis et conquérants »

Conquis et conquérants
Conquêtes, altérité et assimilation en Europe et en Méditerranée de l’Antiquité au XIXe siècle

Retour sur l’exposition du Musée Condé – Château de Chantilly (2011)

Faits des Romains, d’après Lucain, Suétone et Salluste : Comment César combattit les Bretons par mer les Bretons (f. 54), Ms. 770 © IRHT, Bibliothèque et archives du château de Chantilly

En 2011, le Musée Condé avait accueilli une superbe exposition consacrée à la thématique de la « conquête ». Exposition multipériode qui abordait cette problématique de l’Antiquité au XIXe siècle, mais comme nous ne sommes pas sectaires, nous vous faisons profiter à nouveau d’aperçus des splendides manuscrits, incunables et imprimés exposés dans le Cabinet des Médailles.

Des pièces très rares y étaient présentées et si l’exposition traversait tous les âges de l’histoire, les amateurs de manuscrits médiévaux, d’incunables et de magnifiques éditions anciennes pouvaient être comblés. Issues des collections du duc d’Aumale, propriétaire du domaine au XIXe siècle et lui-même « conquérant » de l’Algérie – mais aussi amateur d’art et érudit – les pièces présentées avaient vocation à susciter l’émerveillement et le questionnement sur l’impact des conquêtes sur les peuples.

Le roi Alexandre monté sur Bucéphale. Liber Floridus par Lambertus. XVe siècle. Chantilly, musée Condé.

D’Alexandre le Grand à Napoléon, de grands épisodes de l’histoire étaient passés en revue. Conquêtes romaines, puis conquêtes germanique, rencontre de la « romanité » avec la christianisation. Des territoires sont envahis, puis occupés et administrés : la conquête ne saurait se résumer à des aspects strictement militaires. Elle soulève des questions complexes sur le rapport à l’autre, son « assimilation », voire son « acculturation » : les conquêtes entraînent aussi un changement de point de vue. l’Autre n’est désormais plus totalement réductible au barbare antique, à « l’infidèle ».

Les Trois Décades de Tite-Live : Les armées d’Hannibal assiégeant une ville d’Italie Ms. 558 © IRHT, Bibliothèque et archives du château de Chantilly

Des civilisations conquises deviennent conquérantes, la roue tourne. Manuscrits et imprimés ont évoqué ces moments forts. Les ateliers de copistes, au Moyen Âge, redécouvrent l’épopée d’Alexandre, d’Hannibal ou de César des siècles plus tard. Les grands auteurs sont redécouverts, traduits,
aux XIV
e et XVe siècles, à la demande des princes : Tite-Live, César…

La conquête, au-delà des faits, est finalement une question de point de vue. De même pour les Croisades au Moyen Âge, où lors des Grandes Découvertes du XVIe siècle, on s’interroge sur les motivations et les effets des invasions. Faut-il être un conquérant impitoyable ? Ou au contraire un conquérant clément ? Effets négatifs, indéniables, effets positifs parfois, il n’est pas question ici de trancher, mais d’ouvrir le débat.

L’exposition a montré des documents exceptionnels, comme un exemplaire du Miroir historial ou de la Fleur des histoires, et d’autres grands monuments issus des scriptoria les plus fameux.  Des « sommes » historiques ou philosophiques qui relatent les faits et exploits des Grecs et des Romains, les grands moments des invasions « barbares » sur l’Empire Romain, notamment par le biais d’enluminures au décor exubérant. Manuscrits, et incunables, ainsi que de très belles et rares éditions.  

Bezono, Americae pars quarta, Francofurti ad Moenum : Thedori de Bry, 1594, X-H-024 © Bibliothèque et archives du château de Chantilly
Première édition des lettres de Christophe Colomb après la découverte de l’Amérique, 1494.

L’exposition permettait également de profiter d’une salle consacrée aux conquêtes des « Grandes découvertes » au XVe et XVIe siècles, puis à l’épopée napoléonienne et au colonialisme du XIXe siècle. L’idéologie des droits de l’homme naissante n’empêchera, notamment, pas le colonialisme de s’affirmer. L’Europe se lancera à la conquête du monde, un élan qui culminera au XIXe siècle avec la constitution de puissances coloniales parmi lesquelles la France. La campagne d’Egypte puis la Conquête de l’Algérie en 1830 constituent deux épisodes sur lesquelles l’exposition revient. Ils sont tous deux empreints de l’universalisme hérité de la Révolution. Mais bientôt l’affirmation de l’idéologie coloniale rendra impossible la rencontre entre conquis et conquérants…

À propos de Frédéric Wittner

À découvrir

La collégiale Saint-Quiriace de Provins. Fierté des comtes de Champagne

Vu de loin, Provins, c’est un donjon, la Tour César, des remparts (dont nous avons …

Laisser un commentaire

Partages

Powered by keepvid themefull earn money