Accueil / Articles / La coseigneurie de Châlucet : mise au point

La coseigneurie de Châlucet : mise au point

Si vous avez lu l’article consacré au château de Châlucet, publié dans notre numéro 54 (p. 26-29), nous vous proposons ici de retrouver, en compagnie de Didier Faure, quelques précisions  concernant le régime de la « coseigneurie », système d’administration et de gouvernance atypique sur lequel nous souhaitions revenir, afin de mieux resituer l’historique de cette édifice à l’architecture saisissante.

La façade du château neuf de Châlucet – Cliché Didier Faure

Comme indiqué dans l’article publié dans notre numéro 54, c’est vers 1130 que Châlucet est fondé par Pierre Bernard et son neveu Arnaud de Jaunhac. De cette famille seront issus, pendant un siècle et demi, les seigneurs dominant du Haut-Châlucet. Pour le Bas-Châlucet (dont l’existence apparaît en 1238) la coseigneurie est plus compliquée à définir.

En 1196, un texte nous renseigne sur les seigneurs de la place – Pierre et Géraud de Frachet, Bernard de Jaunhac (famille fondatrice), Gui de Périgord, Gui Jourdain, Bernard de Royère – sans pour autant nous fournir « leur qualité » ou une possession géographique sur le site. Cet écart d’une soixantaine d’années entre les deux dates s’explique-t-elle par la mise en place progressive de la coseigneurie ? Si nous reprenons les familles figurant dans cet acte, voici ce que nous en disent les textes (qualité et possession à Châlucet) :

Les de Jaunhac/Bernard : Cette famille apparait à de multiples reprises dans les textes. En 1211, Hugues de Jaunhac est seigneur de Châlucet ; en 1213, Aymeric Bernard et Pierre de Jaunhac y sont nommés ; en 1218, c’est Aymeric Bernard et Hugues de Jaunhac qui figurent comme seigneurs de la place.

En 1232, Pierre Bernard est nommé chevalier de Châlucet  mais un texte le nomme seigneur de la place en mars 1233. Cette « dualité » entre chevalier et seigneur de Châlucet perdure de 1237 à 1243.  Au milieu du XIIIe siècle, cette « dualité » bouge : Pierre Bernard est tantôt seigneur de Châlucet, tantôt seigneur du Haut-Châlucet.

Le 26 octobre 1260, Pierre Bernard et son neveu Hugues de Jaunhac déclarent détenir le Haut-Châlucet de l’abbaye de Solignac. Dans un texte daté de 1266, ces deux derniers, ainsi qu’Aymeric de Jaunhac, damoiseau, agissant pour ses frères et sœurs sont « seigneur pour un quart du Haut-Châlucet ». Cinq ans plus tard, Aymeric rend hommage à l’abbé toujours pour son quart de Châlucet. Entre 1272 et 1279, Géraud de Maulmont prend possession des droits du Haut-Châlucet.

Les de Périgord : en 1247, Hugues de Périgord, chevalier de Châlucet est choisi pour régler un litige entre l’abbé et les habitants de Limoges. En 1264, Gui de Périgord, seigneur pour moitié du Bas-Châlucet, précise dans son testament qu’en l’absence d’héritiers naturels, ses biens et droits reviendront à ses copossesseurs et non au vicomte.

Cette mention fait apparaitre à Châlucet un coseigneur de renom, le vicomte de Limoges. Geoffroi de Vigeois ne précise-t-il pas dans sa Chronique que l’évêque Eustorge (cofondateur de Châlucet) n’osait demeurer ailleurs que sur les terres d’Adémar ? Marguerite de Bourgogne, vicomtesse de Limoges, remettra d’ailleurs les droits qu’elle possède sur le Bas-Châlucet à Géraud de Maulmont, en 1275.

Les de Frachet : en 1240, Gérald de Frachet est dit de la famille des seigneurs du Bas- Châlucet. En 1265, Elie et Gautier de Frachet sont damoiseaux de Châlucet. Ce même Gautier est nommé chevalier de Châlucet en 1260 et 1271. Vers 1275, Pierre de Frachet vend les droits qu’il détient sur le Bas-Châlucet à Gérauld de Maulmont.

Les Jourdain : à la fin du XIIe siècle, Guillaume Jourdain est chevalier de Châlucet.

Les de Royère : Pierre de Royère de Châlucet est nommé en 1224. Gui de Royère est dit damoiseau de Châlucet en 1279.

Trois autres familles, absentes du document de 1196, apparaissent dans les textes du XIIIe siècle. En décembre 1264, Pierre des Monts rend hommage à l’abbé de Solignac pour sa maison du Bas-Châlucet. Hugues et Foucher de la Brosse, avant 1272, sont nommés chevalier ou damoiseau de Châlucet. Enfin, en mai 1279, Jourdain de Montcocu, héritier de Pierre Bernard, vend ses droits (quatrième part du Haut-Châlucet) à Géraud de Maulmont.

Texte et clichés : Didier Faure

 

 

 

 

À propos de Frédéric Wittner

Historien, journaliste, j'ai été rédacteur en chef des magazines Histoire & Images Médiévales et sa version hors-série. Grand passionné de cinéma et de littérature ancienne, je dévore également les séries TV. Je suis aussi très intéressé par tout ce qui touche aux mondes de l'imaginaire (fantastique, fantasy, science-fiction, merveilleux...). Je suis l'auteur d'un ouvrage de réflexion sur la chevalerie : L'idéal chevaleresque face à la guerre (2008) et de plusieurs dossiers et numéros hors-série d'H&IM.

À découvrir

Les remparts et les portes de Provins au Moyen âge

L’été arrive à grands pas, et avec lui, la saison des fêtes médiévales qui va …

Laisser un commentaire

Partages

Powered by keepvid themefull earn money