Accueil / Colloques / Les arts de guerre et de grâce

Les arts de guerre et de grâce

Les arts de guerre et de grâce (XIVe – XVIIIe siècles)
De la codification du mouvement à sa restitution : hypothèses, expérimentations et limites
(21-22 mai 2012 – COLLOQUE À L’UNIVERSITÉ CHARLES DE GAULLE LILLE 3 )

La codification des savoirs gestuels composant les arts de guerre et de grâce remonte à l’Antiquité. C’est avec le Moyen Âge tardif que la transmission écrite – ou plutôt l’inscription – des arts s’élabore de manière analytique au travers d’une production manuscrite, mais c’est avec la Renaissance et l’imprimerie qu’elle s’élargit et se complexifie entre illustration descriptive et synthèse schématique. Il faut toutefois attendre l’orée du XVIIIème siècle pour trouver une forme de systématisation publiée des notations permettant la codification et la restitution des mouvements. L’étude des arts du combat, de l’équitation et de la danse réunit les chercheurs soucieux de valoriser le patrimoine gestuel de l’Occident par la typologie de leurs sources et la méthode, en particulier l’expérimentation gestuelle.

Même à travers une analyse rigoureuse des sources, il s’avère que les informations permettant une restitution des mouvements et des gestes sont lacunaires. L’expérimentation, dans ce contexte, est donc avant tout un moyen pour le chercheur de tester, valider ou infirmer les postulats de travail ou les hypothèses. Cette démarche expérimentale pose un certain nombre de difficultés qu’il conviendra d’évoquer : l’écart entre réappropriation objective et interprétation subjective, distance entre les corporalités, aspect psychologique, fonction de l’intelligence kinesthésique (proprioception), etc.

Ce colloque s’axera autour des trois problématiques suivantes :

  •  La codification d’un savoir gestuel : réflexions sur l’usage des médias dans un processus d’inscription ou de diffusion des arts, qui usuellement passe par l’imitation (démonstration, imitation, correction).
  • La dimension sociale et culturelle de la réception des ouvrages codifiant les mouvements : discussion de l’influence des ouvrages sur l’évolution des arts de cour, de la représentativité des gestes codifiés et de leurs domaines d’implication et d’application.
  • L’épistémologie de la restitution ou de la réappropriation des mouvements : mise en question des méthodologies pour l’étude des sources codifiant les gestes.

Les arts de la guerre et de la grâce sont envisagés en regard durant ce colloque parce qu’ils dépendent tous deux de processus de recherches similaires— ce qui favorisera les dialogues interdisciplinaires tout en mettant en relief les spécificités de chaque champ. Le passage de l’étude de la codification à la restitution du geste permettra par exemple de confronter les approches et les méthodes. Ce rassemblement prolonge la journée d’études précédente tenue à Lille en décembre 2010 « Archéologie expérimentale et histoire de la guerre : un état des lieux » en élargissant le spectre thématique et temporel.

À propos de Frédéric Wittner

À découvrir

Colloque Kaamelott à la Sorbonne, 24-25 mars 2017

Oulala, que voilà un colloque alléchant, « Kaamelott, la (re)lecture de l’histoire. 24 et 25 …

Partages

Powered by keepvid themefull earn money