Accueil / Histoire sociale / Histoire culturelle / Les corsaires bretons au Moyen âge

Les corsaires bretons au Moyen âge

25678_1

On connaît bien les corsaires bretons des XVIIIe et XIXe siècles, comme Surcouf. Mais leurs prédécesseurs médiévaux sont bien moins célèbres. Et c’est bien dommage, car ils ne sont pas moins fascinants. Pensons au Morlaisien Jehan Coetanlem (v. 1455-1492) qui saccagea le port anglais de Bristol en 1484 et finit sa carrière au service du roi du Portugal. Son neveu, Nicolas Coetanlem, combattra lui les navires du roi de France sur mer.
Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger cet article d’Alain Gallicé, »Les bavures de l’action corsaire : l’exemple du Croisic, 1450-1540″, publié dans Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, (n°109-3, 2002).
N’hésitez pas à lire également l’excellent ouvrage de Jean Christophe Cassard, Les Bretons et la mer au Moyen âge, publié en 1998 et disponible en ligne gratuitement à cette adresse. Cet historien nuance l’idée selon laquelle la Bretagne serait par tradition une terre de corsaire.

La vocation navale spécifique de la Bretagne, celle de base océanique avancée, ne naît pas au Moyen Âge. Certes, les ducs Montforts comprennent très vite tout l’intérêt qu’ils pourraient retirer de la croissance de l’armement maritime aux mains de leurs sujets (…) Toutefois, les perspectives et les réalisations stagnent bien loin du compte : l’effort d’équipement consenti demeure modeste, et le résultat s’avère nul puisque le sort de la Bretagne se joue en 1488 sur les landes de Saint-Aubin-du-Cormier, bien loin des horizons maritimes (…). C’est sans doute sa géographie péninsulaire trop ouverte vers l’est qui a empêché la Bretagne des Montforts de devenir un État océanique de plein exercice : il reviendra à la monarchie française de faire de sa province la plus occidentale une frontière de mer, et cela dans la seconde moitié du XVIIe siècle seulement.

img-4
Carte tirée de Marc Russon, « La piraterie à la fin du Moyen Âge : l’insécurité maritime dans l’Atlantique et sur les côtes de Bretagne aux XIVe et XVe siècles », Bulletin de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine, 1990, p. 35-60.

 

William Blanc

À propos de William Blanc

Historien et passionné du Moyen âge et de ses représentations dans les arts populaire (BD, cinéma, jeux, série télé, arts graphiques), je participe depuis 2012 à l'aventure de "Histoire et Images médiévales". Je suis aussi le coauteur ou auteur de trois livres : "Le Roi Arthur. Un mythe contemporain" (Libertalia, 2016), "Charles Martel et la bataille de Poitiers, de l'Histoire au mythe identitaire" (Libertalia, 2015, avec Christophe Naudin) et "Les historiens de garde" (Inculte, 2013, avec Aurore Chéry et Christophe Naudin). J'ai également écrit plusieurs articles dans des revues scientifiques.

À découvrir

Fréquence médiévale : le Rhône, un fleuve au Moyen Âge, avec Jacques Rossiaud

Nous avons beaucoup parlé des hommes et des femmes du Moyen Âge. Mais peut-on faire …

Laisser un commentaire

Partages

Powered by keepvid themefull earn money