Accueil / Articles / L’Historial Jeanne d’Arc : un musée 2.0 ?

L’Historial Jeanne d’Arc : un musée 2.0 ?

Hier, 21 mars, l’Historial Jeanne d’Arc, flambant neuf, a ouvert ses portes au public à Rouen. La Métropole Rouen Normandie, porteuse du projet, a vu grand, pour redonner vie à la plus célèbre figure féminine médiévale : le musée a été installé dans un palais archiépiscopal entièrement rénové (on admirera notamment la rénovation de la Salle des États et en fin de parcours, de la Chapelle d’Aubigné, magnifique), accolé à la cathédrale. Résultat : l’histoire de Jeanne d’Arc retracée à travers une dizaine d’espaces, pour une superficie totale de près de 1000 m2 répartis sur cinq niveaux. Des étages supérieurs du musée, notamment dans la tour de guet, on peut admirer les toits de Rouen, avec une vue imprenable sur la ville.

Vue extérieure de l’Historial Jeanne d’Arc. ©Thomas Boivin – Métropole Rouen Normandie

L’ensemble du chantier a eu un coût : 10,6 millions d’euros. Un pari d’envergure, pari risqué également, vus les enjeux de mémoire liés à la figure de Jeanne d’Arc. En somme, il fallait réussir à rendre accessible à tous l’histoire, mais également « l’histoire de l’histoire », le mythe de Jeanne.

On est surpris, à l’entrée, de constater que la visite ne s’effectue que par groupes, à des intervalles de temps minutés. En fait, elle est articulée sur un parcours dynamique / multimédia, et le passage dans plusieurs salles, où l’on découvrira d’abord l’histoire de Jeanne d’Arc (remise dans le contexte de la Guerre de Cent Ans) jusqu’à son procès, sa fin, et plus de vingt ans plus tard, son procès en réhabilitation. La fin du parcours est constituée par « la mythothèque », un espace dédié à l’historiographie et à la mémoire de Jeanne d’Arc jusqu’à nos jours.

Anciennes cuisines : La rencontre avec le Roi © Thomas Boivin – Métropole Rouen Normandie

La visite commence. On plonge dans les cryptes romane et gothique, entièrement rénovées, et dans l’obscurité. Les murs de pierre prennent vie. C’est Jean Jouvenel des Ursins, archevêque de Reims, président du procès en réhabilitation de Jeanne et chroniqueur des règnes de Charles VI et Charles VII, qui nous accueille. Notre hôte annonce le parcours : comme des témoins du procès de réhabilitation, nous reviendrons aux sources de l’histoire, nous suivrons Jeanne de son enfance jusqu’à sa fin, et d’autres témoins, ceux qui l’ont connue, côtoyée, accompagnée au combat ou envoyée au bucher, viendront apporter leur témoignage au fur et à mesure de la visite.

Des acteurs jouent différents personnages qui ont connu Jeanne. Gilles Cauchy : Jean Waterin, laboureur. Claude Guémy : Béatrice, veuve Estrellin. Thomas Schetting : Durant Laxart, oncle de Jeanne d’Arc © Les Films d’Ici

Nous n’allons pas ici refaire toute l’histoire, ni retracer les faits. Le parcours s’en charge d’ailleurs de fort belle façon et dans l’ensemble, l’essentiel est évoqué. Le comité scientifique (des spécialistes comme Philippe Contamine, Colette Beaune, Anne Curry, Michel Winock, ou Olivier Bouzy) a été consulté et écouté, la qualité du propos s’en ressent.

On est surtout frappé par la mise en scène déployée pour rendre vivante cette histoire, dans chaque salle traversée : projections et rétroprojections sur les murs, écrans plats, parfois transparents, son et lumière, etc. La recherche muséographique a été extrêmement soignée. Le visiteur ne peut qu’être impressionné par les images qui défilent en tout sens devant ses yeux, devant lui, derrière lui… On a un peu l’impression d’assister à un « film augmenté » (l’heure n’est-elle pas, d’ailleurs, à la « réalité augmentée » ?). Aux témoignages des différents personnages, campés par des acteurs, on a rajouté des extraits de films anciens sur Jeanne d’Arc, des mappings 3D, et nombre d’enluminures reproduites en grand. La partie consacrée à l’histoire se termine avec le « procès en réhabilitation », et dans les flammes, celles du bucher évidemment. On est bien loin, et c’est tant mieux, de l’exposition défraichie de la Tour Jeanne d’Arc, seul musée consacré à Jeanne d’Arc à Rouen, avant l’ouverture de l’Historial.

Dans l’Ancien office : La bataille d’Orléans, le sacre du Roi, les revers de Jeanne. Table numérique © Agence Clémence Farrel
Grand comble : La détention et le procès en condamnation – Le bûcher ©Agence Clémence Farre

Cela fait sans aucun doute la force de l’Historial mais peut-être aussi sa faiblesse. Le parcours est très scénarisé, l’approche se veut émotionnelle, vivante, et le recours à des acteurs, pour jouer les protagonistes de cette histoire, occupe finalement une place centrale. Pour un peu, on se croirait non dans un musée, mais dans un parc d’attraction. Bien sûr, on apprend. Mais à part les enluminures médiévales reproduites dans chaque pièce du parcours, il n’y a aucun contact avec la matière historique. Pas une vitrine. On peut le regretter.

Un mot enfin de la « mythothèque », que le visiteur peut traverser librement en fin de visite. Deux salles consacrées à la postérité de Jeanne d’Arc après sa mort, du XVe siècle à nos jours. Ici, on a accès à davantage d’explications et d’analyse. Le visiteur peut également s’assoir à une table d’écoute interactive, et « poser ses questions » à des historiens médiévistes, qui lui répondent. Approfondir ces aspects aurait été plus pédagogique encore et bienvenu. On a également voulu mettre en scène des objets plus cocasses, des « produits dérivés » contemporains qui reproduisent et utilisent l’image de Jeanne, preuve supplémentaire de son enracinement dans l’inconscient collectif, en France et dans d’autres pays.

Carte d’un jeu, Collections Bibliothèque municipale de Rouen.

Au final, l’expérience a du bon : surprenante d’abord, plaisante ensuite par le recours aux nouvelles technologies (le musée saura, à n’en pas douter, attirer les jeunes publics, et c’est une bonne chose) et le rythme sans temps mort, on redécouvre les multiples facettes de Jeanne d’Arc. Mais l’ensemble, très scénarisé, revêt hélas parfois des allures de film. Le visiteur est privé d’une certaine liberté de mouvement, appréciable dans un musée, et on ne peut pas prendre son temps entre chaque salle, du fait de la visite de groupe (attention, ce n’est pas une visite guidée). La visée éducative manque du coup un peu son but : à force de sollicitations, le visiteur perd parfois un peu le fil.

La ville de Rouen a misé, avec l’Historial, sur la culture et le patrimoine. Les travaux de rénovation du palais de l’archevêché sont admirables. Jeanne d’Arc a-t-elle enfin eu le musée qu’elle méritait ? On devrait plutôt poser une autre question : l’Historial est-il véritablement un musée, ou offre-t-il un autre type d’expérience ? Du pour et du contre, donc.

Informations pratiques

Historial Jeanne d’Arc
7, rue Saint-Romain
76 000 Rouen

 

HORAIRES
Du 1er octobre au 31 mai :
Du mardi au dimanche : 9h45 – 19h45 (départ de la dernière visite à 18h00)
Du 1er juin au 30 septembre :
Mardi, mercredi, jeudi, dimanche : 9h45 – 19h45 (départ de la dernière visite à 18h00)
Vendredi et samedi : 9h45 – 20h45 (fermeture des caisses à 19h00)
TARIFS
Tarif plein 9,50 € / Tarif réduit 6,50 €

Un billet couplé avec le « Panorama XXL » de Rouen sera également proposé.

Article : Frédéric Wittner

À propos de Frédéric Wittner

Historien, journaliste, j'ai été rédacteur en chef des magazines Histoire & Images Médiévales et sa version hors-série. Grand passionné de cinéma et de littérature ancienne, je dévore également les séries TV. Je suis aussi très intéressé par tout ce qui touche aux mondes de l'imaginaire (fantastique, fantasy, science-fiction, merveilleux...). Je suis l'auteur d'un ouvrage de réflexion sur la chevalerie : L'idéal chevaleresque face à la guerre (2008) et de plusieurs dossiers et numéros hors-série d'H&IM.

À découvrir

Monstres et merveilles dans la légende de Beowulf

Nous avions très récemment évoqué, aux côtés de l’historien Alban Gautier, la légende du Beowulf, …

Un commentaire

  1. je viens de visiter l’historial jeanne d’Arc et j’en sors enchantée !!! Ca compense la visite à la tour XXL qui m’a profondément déçue !!

Laisser un commentaire

Partages

Powered by keepvid themefull earn money