Accueil / Articles / Magie, sorcellerie et divination : une affaire de clercs ? (1/6)

Magie, sorcellerie et divination : une affaire de clercs ? (1/6)

Au même titre que la religion, la magie et la sorcellerie font partie de la vie quotidienne au Moyen Âge. L’Eucharistie, les reliques, ne sont-ils pas des «remèdes» aussi magiques que les objets du sorcier ? Les prières ne sont-elles pas des formules permettant de réaliser les désirs ?

Saint Antonin faisant jaillir une source, enluminure tirée du Miroir historial dit du roi Jean le Bon, Bibliothèque de l’Arsenal, BnF, ms. 5090 RES. fol 291v.

Les clercs, surtout les prêtres, qui détiennent le «pouvoir» religieux et le savoir livresque, capables de réaliser de mystérieuses opérations lors de la célébration de la messe ou de la délivrance des sacrements, exercent un ascendant sur les fidèles par leur aptitude à entrer en contact avec la divinité.
Certains ont, par ignorance, ou délibérément, utilisé leur charisme pour exercer leur pouvoir dans un contexte magique, pour contraindre les puissances surnaturelles à leur obéir.

Pendant le Haut Moyen Âge, il faut toute l’énergie des évêques et des souverains pour imposer un christianisme purifié de ses scories païennes. À partir de la Réforme Grégorienne, si les pratiques magiques et la sorcellerie perdurent, une magie savante, surtout masculine et cléricale, se développe au sein des élites. Parallèlement, les aspirations à une plus grande intimité avec Dieu, donnent naissance à une « théurgie chrétienne», sorte de «magie blanche » dont le volet le plus intéressant est l’Art Notoire. À partir du XIVe siècle, magie et sorcellerie envahissent les cours princières et deviennent un instrument de pouvoir. Le Procès des Templiers inaugure une série d’affaires retentissantes où seront compromis des
personnages puissants, tel le pape Boniface VIII ou l’évêque Guichard de Troyes. Assimilée à l’hérésie, la magie, et plus encore la sorcellerie, conduiront alors au bûcher…

Nous vous proposons de redécouvrir notre dossier consacré (dans notre numéro 37) au rôle des clercs dans la magie à l’époque médiévale. Pendant six semaines, vous retrouverez un nouvel article à télécharger gratuitement sur notre site.

Aujourd’hui, nous évoquerons la dérive du culte des saints.

C’est un dossier signé par Christine Duthoit, agrégée d’histoire, auteure de nombreux livres consacrés à la période médiévale, notamment son Lexique du Moyen Âge, ou encore Magiciens et sorciers au Moyen Âge, publiés chez Ellipses. Elle prépare actuellement un ouvrage consacré aux femmes dans le nord de la France médiévale.

À propos de Frédéric Wittner

Historien, journaliste, j'ai été rédacteur en chef des magazines Histoire & Images Médiévales et sa version hors-série. Grand passionné de cinéma et de littérature ancienne, je dévore également les séries TV. Je suis aussi très intéressé par tout ce qui touche aux mondes de l'imaginaire (fantastique, fantasy, science-fiction, merveilleux...). Je suis l'auteur d'un ouvrage de réflexion sur la chevalerie : L'idéal chevaleresque face à la guerre (2008) et de plusieurs dossiers et numéros hors-série d'H&IM.

À découvrir

La collégiale Saint-Quiriace de Provins. Fierté des comtes de Champagne

Vu de loin, Provins, c’est un donjon, la Tour César, des remparts (dont nous avons …

Laisser un commentaire

Partages

Powered by keepvid themefull earn money