Accueil / Fréquence Médiévale / Fréquence médiévale : les rythmes au Moyen âge

Fréquence médiévale : les rythmes au Moyen âge

Pieter Brueghel l'Ancien, Le Pays de Cocagne, 1567. L'utopie du pays de Cocagne, c'est aussi un lieu où le rythme est aboli, où le repos est permanent.
Pieter Brueghel l’Ancien, Le Pays de Cocagne, 1567. L’utopie du pays de Cocagne, c’est aussi un lieu où le rythme est aboli, où le repos est permanent.

Comment était scandée la vie au Moyen âge ? Comment envisageait-on le temps dans l’occident féodal ? Derrière ces questionnements qui peuvent paraître obscurs se cache en réalité un gouffre, celui qui nous sépare des hommes médiévaux. Car oui, nous ne vivons pas, au jour le jour, aux mêmes rythmes que les celles et ceux qui vivaient il y a mile ans de cela. Pour eux, toutes les mesures du temps (semaines, années, histoire du monde) sont liées à la conception chrétienne de la Création. Dans cette scansion divine, les rythmes de l’individu sont secondaires. On ne fête ainsi pas son anniversaire. Le poids du temps de l’Église est tel que certains utopistes, comme Rabelais, rêveront d’une société sans rythmes.
Afin d’en savoir plus, nous avons le plaisir de recevoir l’historien Jean-Claude Schmitt, que nous avions déjà interrogé il y a plus de deux ans de cela à propos du film Le Moine et la sorcière. Avec lui, nous vous proposons d’explorer le temps médiéval autour de son livre Les Rythmes au Moyen âge (Gallimard, 2016).
Bonne écoute.

Merci à Exomène, qui a le rythme dans la peau, pour le montage.

a17769-1

William Blanc

Powered by keepvid themefull earn money