Accueil / Chroniques arthuriennes / Magie et lance-roquettes : King Arthur and the Knights of the Round Table de Jared Cohn. Chronique arthurienne 6

Magie et lance-roquettes : King Arthur and the Knights of the Round Table de Jared Cohn. Chronique arthurienne 6

Nous continuons d’explorer les différentes facettes du mythe arthurien contemporain. Après l’espace avec Florian Besson et le film Passengers, c’est au tour de Justine Breton, l’une des organisatrice du colloque sur Kaamelott, de nous parler d’une version surprenante de la légende.

« 2017 est décidément l’année du roi Arthur au cinéma. Après King Arthur : Legend of the Sword de Guy Ritchie, King Arthur : Excalibur Rising d’Antony Smith, et en attendant Transformers 5 : The Last Knight d’ici quelques semaines, faisons un point sur la production dynamique de Jared Cohn : King Arthur and the Knights of the Round Table, sorti sur les écrans britanniques en avril 2017.

Le réalisateur et acteur Jared Cohn, plus connu pour ses rôles dans des films de série B tels que Pernicious (2014) et Sharknado : Heart of Sharkness (2015), a eu la bonne idée de profiter du succès attendu du film de Guy Ritchie pour proposer un film au titre proche et bénéficier ainsi d’une publicité gratuite. Les deux productions n’ont pourtant pas grand-chose en commun, comme le souligne déjà l’affiche du film.

Affiche King Arthur and the Knights of the Round Table.jpg
Affiche King Arthur and the Knights of the Round Table : Chevaliers, katanas et… mitraillettes ?

King Arthur and the Knights of the Round Table est un film d’action au rythme soutenu, qui s’appuie sur un casting d’inconnus, des effets spéciaux parfois peu aboutis et un rapport finalement discret avec la légende du roi Arthur.

Comme dans de nombreux récits médiévaux consacrés aux aventures des chevaliers de la Table ronde, le film débute par un prologue à la cour du roi Arthur, où l’autorité du souverain est remise en question par Morgana, accompagnée de son fils Mordred. On apprend dans cette séquence introductrice que Morgana – ici appelée « Morgana Lee Fay », et qui se présente également comme la véritable Dame du Lac – a lancé une malédiction sur Guenièvre afin de garantir l’absence d’héritier, et a ainsi provoqué la ruine et la désolation de l’ensemble du royaume. Camelot, dont on ne voit que les cavernes souterraines où le roi s’est réfugié, est assimilé à une terre gaste à cause de l’action de Morgana, puissante magicienne.

2. Arthur et Merlin s'apprêtent à bannir Morgane et Mordred
Arthur et Merlin s’apprêtent à bannir Morgana et Mordred

Grâce à la magie de Merlin, qui est ici tout autant un guerrier qu’un sorcier, Arthur parvient à enfermer les deux ennemis dans une structure de pierre et à les envoyer aux confins de l’univers, où ils sont condamnés à errer pour l’éternité. Alors qu’ils quittent la Terre, Morgana jure de se venger, même si cela doit attendre des centaines d’années.

« 1500 Years Later » : l’intrigue principale du film débute, à notre époque et en Thaïlande, où les descendants des chevaliers arthuriens se réunissent pour s’entraîner au combat dans un dojo et pour organiser des compétitions d’arts martiaux – sorte d’affrontement héritier des tournois médiévaux.

3. Penn et Jenna allient entraînement et séduction
Penn et Jenna allient entraînement et séduction

Cette réunion est l’occasion de présenter les personnages principaux : Penn, marine et ancien footballeur, est le descendant du roi Arthur, même s’il ne croit pas à ces histoires et se contente d’accompagner sa fiancée Jenna et son cousin Gunner ; Lucas est le descendant de Lancelot, tandis que Tasha est l’héritière de Tristan. Les grands noms des chevaliers de la Table ronde sont repris. Cette séquence de présentation, sous prétexte de divers duels, révèle notamment une double rivalité professionnelle et amoureuse entre Penn et Lucas – les descendants d’Arthur et de Lancelot, bien évidemment. Si l’objet de leur affection, Jenna, ne semble pas être une héritière de l’un des chevaliers légendaires, cette situation de triangle amoureux et son nom renvoient toutefois à la reine Guenièvre, dite « Jenny » dans The Once and Future King de T.H. White.

Le contexte arthurien, d’abord peu prégnant malgré ce rappel des noms des chevaliers, est accru lorsque Morgana et Mordred font irruption sur Terre. Pour obtenir sa vengeance, Morgana cherche à s’emparer de l’épée Excalibur – ici curieusement appelée « the Excalibur », le nom propre de l’épée devenant apparemment un nom commun. Elaine, une lointaine cousine de Penn, parvient à lui apporter une mystérieuse coupe avant d’être assassinée par Morgana : l’affrontement prend une tournure personnelle, et les héros doivent alors s’unir pour parvenir à contrer Morgana et découvrir le rôle de cette coupe – le Saint Graal.

Malgré le rôle central de Penn et Lucas, le film présente également des figures féminines fortes, et non limitées aux rôles de méchantes et de séductrices. Certains personnages féminins sont hérités de la tradition médiévale, comme Elaine la porteuse du Graal, et d’autres sont des créations originales, telles que Krista, combattante habile qui fait office de deus ex machina en apportant aux héros les informations nécessaires à leur quête.

4. Lucas, Tasha et Jenna
Lucas, Tasha et Jenna réagissent à la mort d’Elaine et au début de leur mission commune

Ce film reprend les relations traditionnelles entre certains chevaliers arthuriens pour les appliquer à leurs descendants : malgré les tensions et les rivalités, tous doivent lutter ensemble contre les forces maléfiques de Morgana. Le réalisateur Jared Cohn joue également sur les « figures attendues » de la légende, en proposant notamment une surimpression du Graal et d’Excalibur, lesquels ne sont en fait qu’un seul et même objet : ce n’est qu’en faisant fondre le Graal que Penn est apte à faire apparaître l’épée.

5. Penn reforge Excalibur à partir du Graal
Penn, le descendant d’Arthur, reforge Excalibur à partir du Graal

Les héros parviennent à capturer Mordred, lequel est placé sous la surveillance de Tasha. Suite à un long dialogue qui révèle l’esprit torturé de Mordred et le peu d’intérêt qu’il a pour les plans de destruction de sa mère, Mordred change de camp et rejoint les descendants des chevaliers. Ce film développe ainsi de façon intéressante le caractère de Mordred, lequel se détache peu à peu de l’influence négative de Morgana pour obtenir une forme d’indépendance – mise en évidence par son attachement à Tasha. L’amour naissant vient rompre les liens maternels et les siècles d’enfermement en compagnie de Morgana. King Arthur and the Knights of the Round Table met ainsi en scène un retournement du personnage de Mordred, qui aboutit à son sacrifice héroïque.

Les codes médiévaux sont détournés, avec plus ou moins de réussite esthétique et narrative : Morgana se transforme certes en « dragon », rappelant par exemple Mélusine, mais cette créature ressemble ici davantage à une femme géante vêtue de latex, qui crache des flammes et détruit la ville – dans une séquence qui n’est pas sans évoquer Godzilla.

6. Des chevaliers des temps modernes face à la géante Morgana
Des chevaliers des temps modernes face à la géante Morgana

L’autre intérêt de ce film est de confronter des personnages médiévaux traditionnels à de nouveaux héros contemporains, produits de leur époque : des marines, une ex-prisonnière, une masseuse New Age, et même un propriétaire de dojo qui ne combat jamais mais possède un master d’archéologie médiévale… Ainsi, face à la magie noire de Morgana, Penn et Lucas opposent les armes à feu et autres lance-roquettes.

7. Magie contre armes à feu
Magie contre armes à feu, un combat étonnant

Si King Arthur and the Knights of the Round Table ne deviendra probablement pas un classique arthurien, il a au moins le mérite de proposer un renouvellement de certains éléments traditionnels de la légende et de mettre en scène une quête rythmée où le merveilleux médiéval et les ambitions contemporaines s’allient dans un résultat surprenant… !

Justine Breton

À propos de William Blanc

Historien et passionné du Moyen Âge et de ses représentations dans les arts populaires (BD, cinéma, jeux, série télé, arts graphiques), je participe depuis 2012 à l'aventure de "Histoire et Images médiévales". Je suis aussi le coauteur ou auteur de trois livres : "Le Roi Arthur. Un mythe contemporain" (Libertalia, 2016), "Charles Martel et la bataille de Poitiers, de l'Histoire au mythe identitaire" (Libertalia, 2015, avec Christophe Naudin) et "Les historiens de garde" (Inculte, 2013, avec Aurore Chéry et Christophe Naudin). Outre plusieurs articles dans des revues scientifiques, je participe également au site d'analyse de bandes dessinées 2dgalleries.com

À découvrir

Les dragons au Moyen Âge… et au-delà

Les dragons fascinent notre imaginaire. On les aperçoit dans les films ou les séries de …

Laisser un commentaire

Partages

Powered by keepvid themefull earn money