Accueil / Bande dessinée / Morgane ou la Table ronde au féminin. Entretien avec Stéphane Fert. Chronique arthurienne 4

Morgane ou la Table ronde au féminin. Entretien avec Stéphane Fert. Chronique arthurienne 4

Le mythe arthurien est plus présent aujourd’hui dans la culture populaire qu’il ne pouvait l’être au Moyen âge, comme nous l’avons évoqué ici. Avec ses chroniques arthuriennes, la rédaction d’Histoire et Images médiévales s’intéresse aux œuvres contemporaines, de plus en plus nombreuses, qui adaptent la légende de Camelot.

Morgane_Fert_2

Les auteurs de bande dessinée francophone sont de plus en plus intéressés par le mythe arthurien et proposent des adaptations très originales. Après le Perceval de Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerg, les éditions Delcourt nous livre un album magnifique consacré à la fée Morgane. Entretien avec l’un des scénaristes et le dessinateur, Stéphane Fert.

Histoire et Images médiévales : Pourquoi avoir choisi d’évoquer le mythe arthurien ? Vous parler de l’influence des jeux de rôles de votre adolescence. Est-ce que cela a pu vous inspirer ?
Stéphane Fert : Les jeux de rôle de mon enfance ont été ma première vraie expérience d’écriture et on a vraiment passé de fabuleuses parties dont on se rappelle encore avec les copains… C’est vraiment dommage que le JDR ait si mauvaise réputation alors que c’est un grand croisement de disciplines artistiques et littéraires.
En tout cas, ce n’est pas vraiment ce qui m’a plongé dans le mythe arthurien, même si on avait fait quelques parties sur Vampire : l’âge des ténèbres qui se déroulait dans un univers médiéval sombre.
En fait, comme beaucoup de monde j’ai longtemps eu une vision un peu ringarde de la Table ronde. J’y suis vraiment revenu par hasard, en m’intéressant à Morgane. J’y ai redécouvert un texte extrêmement riche et sombre, très loin de mes clichés et très loin des visions manichéennes qu’on en donne et ça m’a donné envie d’écrire dessus.

HIM : Avez-vous été inspiré par des œuvres arthuriennes (médiévales ou contemporaines) et, si oui, lesquelles ?
SF : Comme je l’ai dit plus haut, j’ai été très inspiré par les textes médiévaux (du moins leur adaptation, notamment par Jean Markale). Dans les œuvres contemporaines, il y a pour moi un film qui dépasse tout le reste et a vraiment compris ce qu’était la légende, c’est Excalibur de Boorman. Tout y est, même si certains éléments de costume ont pris de l’âge. Sinon, dans d’autres registres, Kaamelott d’Astier et Camelot 3000 (un comics incroyable) m’ont beaucoup inspirés aussi.

Morgane_Fert_3HIM : Votre graphisme rappelle celui des grands longs-métrages médiévalistes de Disney ? Avez-vous d’autres inspirations graphiques ?
SF : J’ai beaucoup d’influences, mais pour Morgane j’en avais principalement deux : Mary Blair (illustratrice de Disney) et Mike Mignola (Hellboy). J’adore ces deux artistes et je voulais que mon histoire ait l’aspect « conte de fée » de Blair et l’aspect sombre de Mignola. J’ai mélangé les deux et j’ai secoué le tout pour obtenir ce que je voulais.
Sinon, j’aime beaucoup aussi l’impressionnisme, Klimt, Gauguin … Et puis des choses plus récentes comme le dessin des Kerascoët, par exemple.

HIM : Pourquoi avoir choisi de mettre en avant le personnage de Morgane ?
SF : Car je la trouvais profondément moderne, presque féministe avant l’heure. Dans le récit médiéval, elle ne ressemble à aucun autre personnage. Elle ne croit pas en Dieu, elle assume ses désirs, sa sensualité et n’hésite pas à kidnapper Lancelot pour en faire son amant, tandis que les autres princesses attendent leurs chevaliers dans des tours de pierre en agitant des mouchoirs … Et en même temps, elle est nécessaire au récit et se montre parfois bonne, notamment envers les femmes. C’est vraiment un personnage fascinant.
Et puis quand j’ai toujours eu de l’affection pour les personnages de « méchants » qui n’y arrivent jamais … Ils sont souvent bien plus humains et intéressants que les héros qui me paraissent toujours froids tellement leurs motivations sont nobles.

Morgane_Fert_4

HIM : Que pensez-vous de la popularité de plus en plus grande du mythe arthurien, notamment en BD ?
SF : Je pense qu’il y a eu ces dernières années un grand engouement pour le médiéval-fantastique car les gens cherchent à s’évader un peu du monde moderne. Il est donc normal que le mythe arthurien revienne en avant, car c’est un texte fondateur. Et puis il y a de grands succès comme Game of Thrones ou Le Seigneur des Anneaux qui ont remis tout cela au goût du jour aussi.
C’est une très bonne chose que les gens s’intéressent à tout cela. En France, on a tendance à oublier que le mythe arthurien est fondateur dans notre culture, tout comme Molière et Victor Hugo.
Cela dit, je pense aussi qu’en tant que conteurs, on a un devoir aujourd’hui d’interroger le mythe arthurien et montrer aux gens que ce n’est pas qu’une affaire d’épées magiques, d’armures qui brillent, de dragons et de princesses en détresse…
Certains l’ont très bien fait et c’est une très bonne chose. Je pense par exemple à la série « Arthur » de Chauvel et Lereculet qui est vraiment superbe.
Ce qui me chagrine un peu, c’est que cet engouement ne dépasse pas la BD… J’aimerais voir des films et séries françaises sur le sujet … Or dans le cinéma on a complètement abandonné le mythe arthurien aux Américains et c’est vraiment dommage. J’aimerais vraiment qu’on arrive à imposer un cinéma médiéval-fantastique à la française.

Morgane, Delcourt, 17,95 €

Morgane_Fert_5

Propos recueillis par William Blanc

À propos de William Blanc

Historien et passionné du Moyen âge et de ses représentations dans les arts populaires (BD, cinéma, jeux, série télé, arts graphiques), je participe depuis 2012 à l'aventure de "Histoire et Images médiévales". Je suis aussi le coauteur ou auteur de trois livres : "Le Roi Arthur. Un mythe contemporain" (Libertalia, 2016), "Charles Martel et la bataille de Poitiers, de l'Histoire au mythe identitaire" (Libertalia, 2015, avec Christophe Naudin) et "Les historiens de garde" (Inculte, 2013, avec Aurore Chéry et Christophe Naudin). J'ai également écrit plusieurs articles dans des revues scientifiques et je participe également au site d'analyse de bandes dessinées 2dgalleries.com

À découvrir

Magie et lance-roquettes : King Arthur and the Knights of the Round Table de Jared Cohn. Chronique arthurienne 6

Nous continuons d’explorer les différentes facettes du mythe arthurien contemporain. Après l’espace avec Florian Besson …

Laisser un commentaire

Partages

Powered by keepvid themefull earn money