Accueil / Articles / Un livre de prière digne d’une reine

Un livre de prière digne d’une reine

Manuscrits royaux : les génies de l’enluminure.
Exposition à la British Library, présentée à partir du 11 novembre 2011.

Peu de livres ayant appartenu à des femmes ont été conservés pour la période médiévale. La British Library va bientôt proposer une exposition sur les manuscrits royaux enluminés, ayant appartenu à des femmes aristocratiques. Certains de ces ouvrages sont personnalisés et dédicacés. Ils contiennent même parfois des inscriptions de la main même de leur possesseur, ou racontent l’histoire de leurs illustres lignées.

Une femme (probablement destinataire du livre) à genoux devant la Vierge et l’enfant, Lansdowne 383, f. 165v. Crédit : British Library.

Nous vous présentons ici le manuscrit appelé le Psautier de Shaftesbury (Lansdowne 383), le plus ancien manuscrit présenté dans cette exposition de la British Library. Il a donc été écrit à l’attention d’une femme, bien que l’on n’ait pas retrouvé de marque précise d’identification. Sa destinatrice aurait pu appartenir au couvent de Shaftesbury, dans le Dorset.  Le saint patron du couvent, Édouard le Martyr (mort en 978), un roi anglo-saxon, aurait été assassiné sur les ordres de sa belle-mère, Ælfthryth, et remplacé par son demi-frère, le fameux Aethelred. Bien que le corps d’Édouard ait été mutilé après l’assassinat, ses restes ont été finalement enterré à l’abbaye. La mention de saint Édouard dans le calendrier du manuscrit et les litanies pourrait suggérer que ce psautier ait été conçu en sa mémoire.

Toutefois, ce patronage est contestable, par l’omniprésence de Saint-Lambert, évêque de Maastricht (martyrisé en 705) dans le manuscrit. Il est difficile d’expliquer pourquoi une nonne de Shaftesbury aurait rendu une dévotion particulière à ce saint néerlandais. Il est envisageable que ce psautier ait pu être copié à partir d’un modèle réalisé à l’abbaye pour une femme venue des Pays-Bas. Une thèse défendue par certains chercheurs, qui ont conclu que ce livre aurait été fait à l’intention d’Adeliza de Louvain (morte en 1151), reine d’Angleterre.

Adeliza était la seconde épouse du roi Henri Ier d’Angleterre (1100-1135). Henri est connu pour avoir engendré un grand nombre d’enfants illégitimes. En 1120, son seul héritier mâle (non bâtard), William Ætheling, fut noyé lors d’un naufrage dans la Manche. Dans la crainte de mourir sans descendance légitime, Henri se remaria en 1121 avec la jeune et belle Adeliza. Ses espoirs ne furent pas récompensés…

Adeliza n’eut pas d’enfants. Elle demeura malgré tout une grande figure de la cour, amie des artistes, mécène, notamment en matière de poésie. Philippe de Thaon lui dédia son Bestiaire, traduction en vers d’un bestiaire latin. On a également pu lui dédicacer une traduction du Voyage de saint Brendan. Adeliza a peut-être également commandé une biographie en vers de son royal époux, à titre posthume….

Après la mort d’Henri Ier en 1135, l’Angleterre fut plongée dans la guerre civile. Après quelques années, Adeliza épousa Guillaume d’Aubigny (mort en 1176), et lui donna sept enfants.

Ce psautier, s’il lui a appartenu, lui échut dans les dernières années de sa vie. Dans le tumulte des remous politiques de l’Angleterre du XIIe siècle, Adeliza se retira finalement au couvent d’Affligem, en pays flamand, où elle mourut en 1151.

Calendrier, faisant références aux fêtes rendues en l’honneur de saint Edouard, Lansdowne 383, f. 4, British Library
Une aristocrate, peut-être Adeliza de Louvain, priant le Christ, Lansdowne 383, f. 14v., British Library.

Source : British Library

À propos de Frédéric Wittner

Historien, journaliste, j'ai été rédacteur en chef des magazines Histoire & Images Médiévales et sa version hors-série. Grand passionné de cinéma et de littérature ancienne, je dévore également les séries TV. Je suis aussi très intéressé par tout ce qui touche aux mondes de l'imaginaire (fantastique, fantasy, science-fiction, merveilleux...). Je suis l'auteur d'un ouvrage de réflexion sur la chevalerie : L'idéal chevaleresque face à la guerre (2008) et de plusieurs dossiers et numéros hors-série d'H&IM.

À découvrir

Georges Duby et Jacques Le Goff analysent Marc Bloch dans « Les Lundis de l’histoire »

Les Lundis de l’histoire proposait, en 1989, sur les ondes de France Culture, une table …

Laisser un commentaire

Partages

Powered by keepvid themefull earn money